Sexualité et Handicap

La capacité à vivre les sentiments et la sexualité enrichit l’existence, participe au plaisir, au désir de vivre.
C’est l’alliance du langage du corps, du coeur et de l’esprit qui collabore à une meilleure affirmation de soi, aide à être moins seul(e) et à se développer comme homme ou femme.

Cependant, lorsqu’on vit avec un handicap, accèder à la sexualité au sens large (intimité, sensualité, vie affective) n’est pas facile. Bien que l’égalité des droits soit aujourd’hui reconnu, la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap reste un sujet tabou qui suscite des représentations sociales, culturelles et psychologiques très fortes au niveau individuel ou collectif.
Pour de multiples raisons, elle est principalement perçue comme inexistante (angélisation et infantilisation de la personne handicapée), ou dérangeante, voire déviante.
Les professionnels et les proches ne sont pas épargnés par ces préjugés.
Pour les personnes en situation de handicap, elle renvoie à la représentation de leur propre corps altéré, à la représentation de ce corps par les autres : comment peut-il être perçu comme un objet de désir ?
Prendre conscience de ces représentations collectives et individuelles est une première étape pour aborder la question de façon à la fois distanciée et humaine.

« N’oublions pas que la sexualité remplit également une fonction sociale (…) qu’elle sert à communiquer, à établir des relations, à signifier un pouvoir, une image, qu’elle s’inscrit donc dans toute la complexité du jeu social ambiant (…) La sexualité est en prise constante sur la socialisation, sur un style culturel de vie. » (LOUBAT J.-R., 1995)

Quelques documents à consulter :
- Sexualité et handicaps : quelques représentations / Giami Alain, psychosociologue, INSERM
- Sexualiét et handicap : entre tout et rien / Catherine Agthe Diserens
- Sexualité et handicap : de l’angélisation à la sexualisation de la personne handicapée physique / André Dupras, Département de sexologie Université du Québec à Montréal